Accueil > Dernière ligne droite pour la Loi d’Orientation des Mobilités

Dernière ligne droite pour la Loi d’Orientation des Mobilités

Loi d'orientation des mobilités

Après une période de consultation des nombreux acteurs de la mobilité en vue de la préparation du projet de loi, le texte de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) aura mis presque un an à parvenir jusqu’au conseil des ministres, où une procédure accélérée a été mise en place le 26 novembre 2018 dans le contexte du mouvement des Gilets Jaunes protestant notamment contre le coût des transports. Mercredi 6 mars 2019, le texte de loi a été examiné par le Sénat puis sera débattu en séance jusqu’au 2 avril. Un vote définitif doit avoir lieu avant l’été.

Cette loi repose sur les principes suivants :

  1. Accélérer la croissance des nouvelles mobilités en favorisant la mise en place de services alternatifs comme l’autopartage et le covoiturage.
  2. Sortir de la dépendance automobile en encourageant le développement des trottinettes, vélos ou scooters en libre-service sans station d’attache et en autorisant la circulation de navettes autonomes
  3. Réussir la transition écologique
    • En créant un forfait mobilité subventionnant les utilisateurs de covoiturage ou d’autopartage jusqu’à 400€/an
    • En étendant le réseau de pistes cyclables en France et en instaurant une indemnité kilométrique pour les cyclistes grâce à une enveloppe de 350 millions d’euros dans le cadre du « plan vélo »
    • En permettant aux collectivités de développer des « zones à faible émission » (ZFE) réservées aux véhicules les moins polluants
    • En quintuplant les ventes de véhicules électriques et en stoppant celles des voitures émettant des gaz à effet de serre à l’horizon 2040

Arval n’aura pas attendu l’adoption de la LOM pour faire la part-belle aux nouvelles mobilités. En effet, nous proposons déjà plusieurs réponses aux nouveaux aménagements demandés par la LOM au travers de l’offre AutoPartage-Covoiturage-VéloPartage. Ces trois services présentent l’avantage majeur de désengorger les réseaux ferroviaires et routiers et de réduire les émissions de CO2 de façon significative. Depuis leur lancement (AutoPartage en 2010, Covoiturage en novembre 2017 – en partenariat avec Klaxit, VéloPartage en 2018), ces solutions rencontrent un vif succès auprès des collaborateurs.

À long-terme, ces solutions s’imposent comme des mobilités alternatives durables et respectueuses de l’environnement s’inscrivant dans la continuité des volontés du gouvernement.

 

Pour en savoir plus sur les offres AutoPartage, Covoiturage ou VéloPartage, remplissez le formulaire ci-dessous  :

Demande de contact

* champs obligatoires