Home > Les entreprises mettent le cap sur la transition énergétique et les nouvelles mobilités

Les entreprises mettent le cap sur la transition énergétique et les nouvelles mobilités

Que faut-il retenir du 15ème Baromètre Flottes CSA réalisé pour le compte de l’Arval Mobility Observatory (anciennement Observatoire du Véhicule d’Entreprise) ?

Cette enquête menée auprès de 3 613 entreprises européennes (dont 301 en France) fourmille de statistiques très pertinentes pour les gestionnaires de parcs automobiles et les décideurs d’entreprises. Difficile, donc, d‘en faire un bilan exhaustif; mais il est possible en revanche d’extraire quelques idées clés pour effectuer les bons arbitrages en termes de choix de véhicules pour les collaborateurs.

  1. En matière de mix énergétique, il est assez clair que les entreprises françaises tournent désormais le dos au diesel. Seules 3 % d’entre elles envisageraient d’augmenter la part du diesel si les constructeurs leur proposaient des motorisations diesel ayant les mêmes niveaux d’émission de NOx et de particules fines que l’essence. Très largement, les entreprises françaises introduiraient en priorité des modèles hybrides ou électriques (33 %). Elles ne seraient en revanche que 12 % à avoir recours à l‘essence.
  2. La nouvelle norme d’homologation des véhicules neufs, WLTP, s’impose de plus en plus comme un sujet  impactant pour les entreprises. Elles sont en effet 57 % en France, soit 10 points de plus qu’il y  a un an, à anticiper un impact de cette norme à trois ans. Et 35 % d’entre elles prévoient d’ajuster leur politique de véhicules (abaissement de la catégorie, choix d’un véhicule à niveau d’émissions moindre…).
  3. Outre le mix-énergétique ou la fiscalité, les entreprises françaises se posent beaucoup de questions sur les mobilités partagées. Près d’une sur deux en France envisage de se lancer dans les trois ans dans l’autopartage, le covoiturage ou le crédit mobilité. Une proportion qui croît avec la taille de l’entreprise (77 % dans les très grandes sociétés, 59 % dans les grandes entreprises).

 

Qu’en est-il pour les flottes d’entreprises publiques ?  

Les gestionnaires des flottes automobiles publiques se doivent de répondre à des objectifs règlementaires et de performance environnementale ; cela se traduit en matière de mix énergétique par une tendance à la baisse de la  part du diesel dans les parcs au profit de l’essence et par le développement des véhicules hybrides et électriques.

De plus, l’émergence des nouvelles mobilités – et en particulier l’autopartage - se présente comme un vecteur d’accélération du changement: mutualiser l’usage des véhicules thermiques et  en profiter pour mettre à disposition des véhicules hybrides et électriques permet de répondre plus facilement aux dispositions légales sur le renouvellement des flottes publiques, tout en véhiculant une bonne image en terme de transition écologique.  

Pour en savoir plus et découvrir l’intégralité des résultats du Baromètre Flottes CSA-AMO