Home > Presentation Arval > News > Gare Aux Comportements Risques Au Volant

Gare aux comportements à risques au volant

Gare aux comportements à risques au volant

Actualités marché
Mercredi, 18 décembre 2019
VOITURE PHOTO LDD

Les accidents de la route constituent toujours la première cause de mortalité en milieu professionnel. Les entreprises se mobilisent de plus en plus pour réduire cet impact, via notamment le plan de prévention du risque routier, mais les comportements au volant des conducteurs restent des facteurs importants d’accidents dans certains cas.
Quelles sont les conduites au volant les plus dangereuses ? Une étude du spécialiste de la télématique, Masternaut, permet d’établir un palmarès des 5 facteurs de risques les plus élevés en voiture.  

- Sans grande surprise, le comportement du conducteur est en effet toujours la cause n°1 des accidents de la route, quel que soit l’endroit (routes nationales ou autoroutes). A force de freinages trop brusques, de changements de direction inopinés, d’excès de vitesse, ou de virages pris trop brutalement, ces comportements dangereux sont synonymes de dangerosité extrême.

- Le temps de conduite est un autre danger pour les conducteurs et plus particulièrement la dernière heure de conduite. Elle augmente le risque d’accident de 40 % environ, indique l’étude. A titre d’exemple, pendant la dernière heure au volant, un collaborateur effectue 50 % de freinages brusques en plus comparé à la première heure de son trajet.

- Conduire sur route humide est-il plus dangereux que sur route sèche ? Pas si sûr, à en croire les résultats de cette étude basée sur l’analyse de plus de 4 millions de données l’étude. Près de 8 accidents de la route sur 10 ont en effet lieu par temps sec. Une question de vigilance sans doute. En outre, le soleil n’est pas l’ami des conducteurs ; sachez que sa position dans le ciel et la force de ses rayons peuvent accroître les risques d’accidents de plus de 30 %.

- Autoroutes ou routes nationales ? A priori, les autoroutes seraient plus sûres puisqu’on n’y dénombre que 8 % des accidents graves, alors même qu’elles concentrent 80 % du trafic routier. Au final, les routes en zone urbaine s'avèrent être les plus périlleuses.

Pour éviter les accidents, privilégiez la semaine. Les week-ends comptabilisent en effet 25 % d’accidents de la route en plus. Le trafic est réputé plus fluide le samedi et le dimanche, et donc, les automobilistes ont tendance peut-être à appuyer sur le champignon. En tout cas, les vitesses moyennes augmentent de 5 % environ en fin de semaine.

Arval Mobility Observatory