Home > Un bon premier trimestre pour le véhicule d’entreprise

Un bon premier trimestre pour le véhicule d’entreprise

Le marché du véhicule d’entreprise a bien démarré l’année. Selon les statistiques de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, les immatriculations de VP (Véhicule Particulier) et de VUL (Véhicule Utilitaire Léger) progressent en effet de +4,95 % à 218 233 unités sur le 1er trimestre. Cette performance est d’autant plus à souligner qu’il y a un jour ouvré de moins cette année par rapport à 2018. Le marché du véhicule d’entreprise enregistre même un léger mieux que le marché automobile national qui affiche, lui, une croissance de 4,2 % sur la même période, selon le bilan du CCFA.

C’est le VUL qui connaît la plus forte augmentation au premier trimestre, avec une hausse des immatriculations de +6,6 % (92 282 unités). Pour sa part, le marché du VP enregistre une augmentation de +3,8 % des immatriculations,  à 125 951 unités.

Du côté des énergies, le premier trimestre est marqué par une accélération de la croissance de l’essence. Cette énergie représente désormais 21,2 % du total des immatriculations en entreprise et approche du seuil de 33 % sur les seuls VP. Au total, les immatriculations de VP et de VUL essence ont augmenté de +57 % à 46 250 unités sur les trois premiers mois de l’année (par rapport à la même période de 2018). Cette envolée de l’essence, qui a gagné 5 points de part de marché en l’espace de trois mois, s’est faite au détriment du diesel, qui continue d’abandonner du terrain dans les entreprises. Le repli des immatriculations diesel (VP + VUL) atteint -4,9 % à 159 882 unités par rapport au 1er trimestre de 2018. Au total, les parts de marché du diesel ressortent à 73,3 % sur l’ensemble du marché entreprise (VP + VUL).

Quant aux énergies alternatives, elles restent toujours faibles dans les parcs automobiles. L’électrique voit certes ses immatriculations croître de + 36,7 % (VP + VUL) à 4 871 unités, mais sa part de marché reste cantonnée à 2,23 %. Sur les seuls VP, la progression des immatriculations atteint toutefois +63,8 % à 3 087 unités. Quant aux hybrides, leur progression est modérée, avec une progression de +5,9 % sur le trimestre. La part de marché ressort à 3,2 %. Ce sont les hybrides rechargeables qui font la croissance (+ 22,4 % à 2 058 unités VP + VUL).

 

Immatriculations de véhicules d’entreprises T1 2019 (Janvier à Mars)
VP +VUL Immatriculations VP+VUL Evolution* Part de marché T1 19
dans les immatriculations
Diesel 159 882 -4.94% 73.26%
Essence 46 250 +57% 21.19%
Electrique 4 871 +36.71% 2.23%
Hybride 6 933 +5.91% 3.18%

* par rapport à la même période en 2018 (T1 2018)

Part des énergies Essence, Diesel, Hybride et Electrique dans les immatriculations de véhicules d'entreprises en France
(cumul des immatriculations VP + VUL depuis le début de l'année)
source : Observatoire du Véhicule d'Entreprise

Part des énergies

 

Du côté des véhicules les plus immatriculés, toutes énergies confondues, les marques françaises continuent de rafler la mise, puisqu’un seul constructeur étranger parvient à s’infiltrer dans le Top 10 avec le Volkswagen Tiguan à la 10ème place. Parmi les entrées, signalons le Peugeot 2008, en 8ème position.

Côté motorisations, on compte désormais trois modèles essence parmi les véhicules les plus immatriculés par les entreprises. Deux modèles (la 208 et la C3) sont désormais davantage immatriculés en essence qu’en diesel.

TOP 10 VP T1 2019 en nb d’immatriculations (tous segments et par énergie)
Rang Marque - Modèle - Energie Volume
1 RENAULT CLIO DIESEL 6 452
2 PEUGEOT 3008 DIESEL 5 975
3 PEUGEOT 308 DIESEL 5 438
4 RENAULT CLIO ESSENCE 5 245
5 RENAULT MEGANE DIESEL 3 742
6 PEUGEOT 208 ESSENCE 3 648
7 PEUGEOT 208 DIESEL 3 446
8 CITROEN C3 ESSENCE 3 217
9 PEUGEOT 5008 DIESEL 2 868
10 CITROEN C3 DIESEL 2 719

 

N’hésitez pas à contacter votre conseiller commercial Arval pour vous accompagner dans le choix des véhicules que vous pourriez intégrer à votre Car Policy.