Mix énergétique d’un parc auto : les motorisations

Parc auto : quelles énergies choisir ?

Mobilité 19 May 2020 , par
La rédaction

Développement durable, transition énergétique, loi d’orientation des mobilités (LOM)… Comment être sûr de faire les bons choix énergétiques pour construire le parc automobile d’une flotte publique ? Les énergies alternatives, et notamment l’électrique, sont appelées à prendre une place grandissante. Mais conviennent-elles aux usages ? En parallèle, chez les constructeurs automobiles, la gamme de modèles électriques et hybrides ne cesse de s’étendre. Tour d’horizon des caractéristiques associées à chaque type d’énergie.

Comment choisir le bon mix énergétique pour son parc automobile ?

 

Option énergétique n°1 – Le véhicule Diesel

 

Le prix d’un véhicule Diesel est plus élevé que celui d’un véhicule essence, à l’achat comme en location. Mais cette motorisation permet une consommation de carburant plus faible que l’essence – de l’ordre de 20 % – et des émissions de CO2 réduites. Le revers de la médaille ? Les véhicules roulant au Diesel émettent des particules fines, qui sont nocives pour la santé publique.

Cette motorisation conserve malgré tout de réels atouts. Adapté aux longs déplacements et pour des kilométrages supérieurs à 20 000 km/an, un moteur Diesel a un couple particulièrement puissant en bas régime, ce qui constitue un véritable avantage pour le transport de marchandises lourdes.

 

Option énergétique n°2 – Le véhicule essence

 

Si on les compare aux véhicules Diesel, les véhicules essence sont moins coûteux, et ce, que ce soit en termes d’acquisition ou de maintenance. En revanche, la consommation de carburant est de 10 à 20 % plus élevée, ce qui augmente mécaniquement le niveau des émissions de CO2, même si moins de particules fines sont émises.

Si un moteur essence est davantage adapté aux kilométrages inférieurs, en moyenne, à 20 000 km / an, il s’avère intéressant en termes de coût d’usage (TCO, Total Cost of Ownership ou coût total de détention) pour un kilométrage annuel de l’ordre de 15 000 kilomètres.

 

Option énergétique n°3 – Le véhicule hybride et hybride rechargeable

 

Les véhicules à moteur hybride rechargeable représentent des émissions de CO2 nettement inférieures à celles de véhicules à moteur essence ou Diesel, à condition que le moteur soit utilisé à bon escient. 

Particulièrement adaptés aux déplacements périurbains, ils sont équipés de batteries qui doivent être régulièrement rechargées (par une prise de recharge ou en roulant) pour profiter au maximum de l’énergie électrique

Cette motorisation impose donc l’installation de prises de recharge dans le parc automobile et / ou des sessions de formation à la conduite pour les collaborateurs.

 

Option énergétique n°4 – Le véhicule électrique

 

Enfin, pour le mix énergétique de leur parc automobile, de plus en plus de structures optent pour intégrer quelques véhicules électriques. 

Une solution, certes, plus coûteuse à l’achat et à la location, mais qui a le net avantage de demander moins d’entretien et de n’émettre aucun gaz à effet de serre (à l’usage). Et dans la perspective d’une accélération des interdictions d’accès aux centres-villes pour les véhicules thermiques, l’électrique peut constituer une réponse pour nombre de décideurs économiques.

D’abord privilégiés pour les usages urbains ou semi-urbains, les véhicules électriques ont en outre beaucoup évolué, notamment en termes d’autonomie.

Véhicule Diesel, essence, hybride rechargeable ou électrique : ces différentes motorisations ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients. Le bon mix énergétique d’un parc automobile, c’est celui qui répondra le mieux aux besoins de la flotte publique, aux déplacements prévus, aux types de véhicules recherchés… comme lorsqu’il s’agit de choisir le bon mode de financement, tous les critères doivent être finement analysés !

Lire la suite Voir moins
Derniers articles
A télécharger

Rédiger un cahier des charges pour renouveler sa flotte automobile : le guide !

Vous envisagez de renouveler votre flotte automobile ? Une telle démarche passe inévitablement par la rédaction d’un cahier des charges. Pour vous simplifier la tâche, nos experts vous ont concocté un guide pratique !

mar 30/06/20