Accueil > Le consommable AdBlue® désormais indispensable

Le consommable AdBlue® désormais indispensable

route

 

L’AdBlue®, pourquoi ? 

Depuis le mois de septembre 2018, tout véhicule neuf doit être conforme aux normes Euro 6c pour pouvoir être immatriculé.

C'est une norme qui réduit et abaisse le niveau de certains gaz polluants,  en particulier les oxydes d'azote NOx et surtout le dioxyde d'azote. Ce dioxyde d'azote, que les précédentes normes plafonnaient assez peu, est en augmentation ces dernières années compte tenu des températures de plus en plus élevées enregistrées sur les moteurs pour en favoriser leur rendement. La norme Euro 6 amène donc un gros progrès : elle divise par 2 les rejets maximaux autorisés de ces gaz. Pour y répondre, les constructeurs équipent leurs moteurs de filtres.  

Les moteurs équipés de la technologie SCR (Réduction Catalytique Sélective) impliquent l’ajout d’un additif, l’AdBlue®, afin de transformer 85% des polluants (oxydes d’azote, appelés NOx) en vapeur d’eau et azote inoffensif.

À compter du mois de septembre 2019, la norme Euro6 temp se durcira et engendrera donc une consommation accrue d’AdBlue®.

Qu’est-ce que l’AdBlue® ? 

Afin de réduire l’émission des gaz polluants imposée par la norme Euro 6c depuis le premier septembre 2018, les moteurs diesel équipés du système SCR (Réduction Catalytique Sélective) nécessite l’ajout de la solution AdBlue®.

L'objectif de cette norme est d’atteindre les limites d’émissions d’oxyde d’azote imposées à 80 mg/km. Sa finalité est de réduire la pollution des véhicules diesel.

L’AdBlue® est un liquide hydrosoluble non toxique destiné à traiter les gaz d’échappement. Il est composé de 32,5 %  d’urée et de 67,5 %  d’eau déminéralisée. Sa manipulation n’est pas dangereuse, il est donc possible d’en faire le plein avec un bidon (comme pour le lave-glace).

Comment ça marche ?

À l’intérieur du SCR, une réaction chimique se produit entre l'ammoniac et les oxydes d'azote rejetés par le moteur. Elle produit de la vapeur d'eau (H2O) et de l'azote (N2), des gaz inoffensifs.

Son utilisation permet de transformer 85% des polluants (NOx).

La capacité du réservoir d’AdBlue® assure un niveau d’autonomie nécessaire entre chaque révision. L’appoint d’AdBlue® est effectué lors de chaque passage en révision. Il arrive néanmoins que le réservoir se vide avant l’échéance de la révision. Il est donc nécessaire de procéder à l’appoint de liquide.

Le volume maximal de l’appoint étant limité à 10 litres, le plein complet du réservoir peut donc seulement être effectué par un professionnel.

Où s’en procurer et comment en effectuer le règlement ?

Selon les marques et les modèles, un véhicule diesel consomme entre 1 et 3 litres d’additif tous les   1 000 kms (soit 0.1 à 0.3 litre pour 100 kms). Il convient donc de faire le plein d’AdBlue® tous les 6 000 à 20 000 kms environ. Ce chiffre varie en fonction du style de conduite et du type de trajet effectué par le conducteur.

Vous disposez de plusieurs solutions pour vous fournir en AdBlue® :

  • En station-service (bidons de 10 litres disponibles pour environ 25 € - 1 plein d’AdBlue® = 17 litres pour les véhicules particuliers et 20 litres pour les véhicules utilitaires)
  • En concession (bidons entre 2 et 10 litres)
  • Dans les hypermarchés (bidons entre 2 et 10 litres)
  • Dans les centres-autos (bidons entre 2 et 10 litres)

Pour les clients bénéficiant des cartes de pétroliers Total et Euroshell : 

L’AdBlue® étant assimilé à du carburant, il peut être acheté dans les stations-service et réglé avec les cartes Carburant. Ce mode de paiement évite le traitement des notes de frais et intègre directement  la dépense aux factures des pétroliers. Attention : il ne permet pas la récupération de la TVA.

Pour les clients ne bénéficiant pas de cartes de pétrolier : les conducteurs peuvent faire établir une note de frais.

Quels conseils pour vos conducteurs ? 

Infographie

Que se passe-t-il si le plein d’AdBlue® n’est pas fait ?

Lorsque le réservoir n’est pas alimenté en AdBlue®, le véhicule émet plus de NOx. Le calculateur moteur déclenchera l’allumage d’un voyant de défaut sur le tableau de bord. Le véhicule peut subir une perte de puissance et passer en mode dégradé. Sur certains modèles, le véhicule ne démarre tout simplement pas.

Le voyant AdBlue® qui s’allume sur le tableau de bord n’est donc pas à prendre à la légère. Lorsque le message d’alerte s’affiche, il reste au conducteur encore 2 400 kms d’autonomie (niveau d’alerte commun à tous les véhicules et imposé par la norme Euro 6). Lorsque ce voyant s’allume, le réservoir doit être rempli d’AdBlue® à hauteur de 5 litres au minimum. Le voyant s’éteint au bout de quelques minutes.

Où se trouve le réservoir permettant de faire l’appoint ?

  • Sous le capot

  • Sur le côté de la voiture

  • Dans le coffre

 

Le couvercle du réservoir de l’AdBlue® est bleu.

Sur certains modèles de véhicules, il se situe à côté du réservoir d’essence. Attention à ne pas confondre les deux réservoirs , sous peine de devoir procéder à une vidange.

Pour un véhicule particulier, il est déconseillé d’utiliser une pompe prévue pour les poids lourds, la vitesse de débit étant paramétrée pour ces derniers. Le déploiement de pompes spécifiques pour les voitures commence sur l’ensemble du territoire.

Comment conserver l’AdBlue® ?

Dans un premier temps, il est recommandé de le conserver dans son emballage d’origine. En effet, l’Ad Blue® est un liquide corrosif, et s’il vient à se renverser sur le sol, cela pourrait fortement l’endommager.

Entreposez le liquide à l’abri des rayons de soleil, mais aussi du gel. Evitez également d’entreposer trop longtemps (plus de 18 mois) de l’AdBlue® : la lumière et de la chaleur peuvent le dégrader.

Dans tous les cas, si vous voulez stocker plusieurs litres, respectez bien les normes de conservations inscrites sur les bidons.