La navette autonome sur la bonne voie

La navette autonome sur la bonne voie

Actualités Arval
Lundi, 22 novembre 2021
navette

Préparer les mobilités de demain c’est aussi tester pour vous de nouveaux modes de déplacement. Le 2 février dernier, Arval a ainsi lancé une expérimentation de navette autonome grandeur nature sur son site de Rueil-Malmaison. Les initiatives se multiplient dans le secteur public, portées par la volonté du gouvernement de développer ces solutions, mais côté secteur privé, seuls quelques acteurs se sont lancés dans l’aventure ; Arval est aux avant-postes !

Les navettes autonomes sont ces petits véhicules de transport collectif à propulsion électrique qui ont la capacité de circuler sans conducteur. Une solution qui n’a plus rien d’une fiction puisque nous avons lancé notre propre service de navette baptisée EVAA* dans les rues de la ville de Rueil-Malmaison, avec qui nous avons passé un accord de partenariat. Deux véhicules autonomes, EasyMile EZ10 Génération 3, 100 % électriques, d’une capacité de 11 personnes font ainsi la navette à raison d’un passage toutes les 10 minutes depuis quelques mois entre la gare RER de Rueil-Malmaison et les bureaux d’Arval, soit 750 mètres aller-retour. Les deux véhicules circulent à une vitesse limitée à 13km/h, tous les jours ouvrés, en continu aux heures de pointe, à la demande en heures creuses.

L’innovation au service des collaborateurs Arval
Cette solution a été choisie par la ville dans le but de fluidifier la circulation, et par Arval pour faciliter les déplacements de ses collaborateurs et tester de nouvelles solutions de transport pour l’avenir. Une première expérience qui a surtout "piqué" la curiosité des collaborateurs, puisque la majorité avoue avoir essayé la navette avant tout pour tester ce type de transport novateur. Ces véhicules ont pour particularité de disposer de multiples systèmes de capteurs croisés leur permettant de se repérer dans leur environnement en toute sécurité : radars, caméras, systèmes LIDAR et GPS. Le véhicule passe son temps à sonder, capter et explorer son environnement pour détecter d’éventuels obstacles sur son trajet et communiquer avec les outils de signalisation, comme des feux tricolores connectés qui informent la navette quand ils passent au vert. Pour l’instant, le véhicule reste sous la surveillance d’un opérateur embarqué dans le véhicule, qui sera toutefois voué à disparaître.

Neuf mois plus tard, un bilan positif
Neuf mois après sa mise en circulation, le service de navettes affiche plus de 3 220 km parcourus pour plus de 2 650 passagers cumulés transportés. Et un intérêt qui va au-delà de la simple curiosité puisque 94 % des collaborateurs interrogés souhaitent que l’expérimentation se prolonge l’année prochaine. Si certaines problématiques techniques et de maintenance ont parfois pu immobiliser l’une ou l’autre des navettes, nous bénéficions de résultats encourageants pour cette expérience qui doit avant tout valider la pérennité d’un tel véhicule notamment pour assurer les transferts et les transports du dernier kilomètre. Prochaines améliorations attendues : l’augmentation progressive de la vitesse moyenne pour réduire la durée du trajet et augmenter la fréquence des navettes. À suivre en 2022…

*Expérimentation de Navettes Autonomes d’Arval